Dinochat Index du Forum
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Velociraptor mongoliensis

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dinochat Index du Forum -> France paléO : Paléontologie -> France paléO : Archosaures, Dinosaures et apparentés
Sujet précédent :: Sujet suivant  

Auteur

Message

Guillaume
Création-Direction

Hors ligne

Inscrit le: 29 Juin 2009
Messages: 113

Localisation: Alsace, France
Masculin

MessagePosté le: Jeu 24 Déc 2009 - 16:57    Sujet du message: Velociraptor mongoliensis

Répondre en citant


Velociraptor mongoliensis



Nom Scientifique : Velociraptor Mongoliensis
Ordre : Saurischia
Famille : Dromaeosauridae
Biométrie :
Taille (de la tête à la queue) : environ 1,8 m

Poids : environ 20 kg
Statut de conservation :
- Eteint
Répartition géographique: formation Djadochta – Province d’Ömnögovi (Mongolie)



Ere géologique : Campanien (Crétacé supérieur)
Holotype : AMNH 6515


Décrit le 7 Novembre 1924 dans un article intitulé

"THREE NEW THEROPODA, PROTOCERATOPS ZONE, CENTRAL MONGOLIA"

par

Henry Fairfield Osborn

(Voir dans "sources" (bas d'article))



Introduction :


Velociraptor (qui signifie «voleur rapide») est un genre représenté par deux espèces de dinosaures théropodes dromaeosauridés qui ont vécu durant le Crétacé supérieur (environ 83 à 70 millions années dans le Campanien) dans un secteur situé aujourd'hui entre la Mongolie et la Chine.



Description :


Bien que plus petit que d'autres dromaeosauridés tels que Deinonychus et Achillobator, Velociraptor mongoliensis avait de nombreuses caractéristiques anatomiques assez semblables.
C'était un carnivore bipède avec une queue longue et rigide, de forme allongée et des griffes incurvées à chaque pied qu'il utilisait pour tuer ses proies.
Contrairement à d'autres dromaeosauridés, Velociraptor avait un crâne long et bas et un museau arrondi, dirigé vers le haut.
Il avait de très longues pattes postérieures.

Pour un dromaeosauridé, Velociraptor était relativement petit. Les adultes atteignaient une longueur de 1,8 m pour une hauteur d'environ 60 cm à la hanche ; il pesait environ 20 kg.
Le crâne, d'environ 25 cm de long, avait une forme incurvée ascendante, avec ses surfaces supérieure concave et inférieure convexe.
Les mâchoires étaient bordées de 26 ou 28 dents de chaque côté, le bord postérieur de chaque dent étant nettement dentelé, une adaptation qui a vraisemblablement amélioré sa capacité à capter et retenir des proies plus rapidement.
Comme c'est le cas chez les oiseaux, leur pubis pointait vers l'arrière et non vers l'avant comme chez la plupart des théropodes.

Velociraptor, comme les autres dromaeosauridés, arborait trois griffes incurvées sur chaque patte avant et de longues phalanges semblables en constitution et en flexibilité aux os des ailes des oiseaux modernes.
La première de ces trois phalanges était la plus courte, la seconde la plus longue.
La structure des os du carpe empêchait la pronation du poignet et forçait les «mains» à tenir la paume tournée vers le haut et non vers le bas.





Vue d'artiste de V. Mongoliensis


A la différence de la plupart des théropodes, qui comptent trois orteils fonctionnels à chaque membre postérieur, les dromaeosauridés comme Velociraptor ne marchaient que sur leur troisième et quatrième doigts. Le premier doigt, comme chez d'autres théropodes, était une petite griffe vestige séparée des autres et sans aucune fonction.
Le deuxième doigt, pour lequel le Velociraptor est le plus célèbre, était fortement transformé et se maintenait à l'écart du sol.
Il portait une griffe en forme de faucille, typique des dinosaures dromaeosauridés et troodontidés.
Cette griffe allongée, d'environ 65 mm de long sur son bord extérieur, a probablement été un outil utilisé dans la chasse et capable de causer des blessures fatales.
Les muscles des coups de pieds et les fléchisseurs des orteils étaient bien développés et faisaient fonctionner la griffe comme un cran d'arrêt mortel.

Classiquement, on croit que cet animal était appuyé sur une de ses pattes postérieures et attaquait avec l'autre, la queue fonctionnant comme un balancier.
La queue de Velociraptor était rigide, avec de longues projections osseuses, zigoapophyses, sur la partie supérieure de chaque vertèbre et avec des tendons ossifiés en dessous.
Les prezygapophyses commençaient sur la dixième vertèbre caudale et se prolongeaient vers l'avant pour renforcer quatre à dix vertèbres supplémentaires, en fonction de la position de la queue.
La rigidité concernait toute la queue, lui permettant d'agir en une seule unité, unifiée en une barre quasiment tendue, ce qui empêchait tout mouvement vertical entre les vertèbres.





Toutefois, au moins un spécimen conserve un certain nombre de vertèbres de la queue intactes dans une courbe en forme de «S», ce qui suggère qu'il pouvait y avoir beaucoup plus de souplesse horizontale.
Ces adaptations de la queue ont probablement apporté équilibre et stabilité en mouvement tournant mais surtout avec une haute velocité. C'est un mécanisme similaire, de convergence évolutive, à la queue des guépards.

Une autre caractéristique de Velociraptor est la présence de plumes sur les avant-bras similaires aux rémiges des oiseaux actuels, à savoir les plumes que portent le segment moyen des ailes.



Comportement de prédation :


Le spécimen de dinosaures combattants, découvert en 1971, montre un Velociraptor et un Protoceratops au combat, fournissant des preuves directes d'un comportement prédateur.
Lorsqu'à l'origine, on a rapporté la découverte de ce spécimen, on pensait que les deux animaux s'étaient noyés.
Toutefois, comme les animaux ont été conservés dans d'anciens dépôts de dunes de sable, on pense plutôt maintenant qu'ils ont été enterrés dans le sable, soit dans l'effondrement d'une dune de sable, soit à l'occasion d'une tempête de sable.




Velociraptor et Protoceratops combattant à jamais


Les deux membres antérieurs et un postérieur de Protoceratops manquants semblent indiquer qu'ils ont servi de charogne à d'autres animaux.
La griffe distinctive sur le deuxième doigt du dromaeosauridé, a toujours été présentée comme un poignard destiné à couper, blesser profondément et éventrer ses proies.
Sur le spécimen des dinosaures combattants, le Velociraptor semble avoir ses griffes mortelles apparemment implantées dans la gorge de sa victime, tandis que le bec de Protoceratops semble mordre et attraper le bras droit de son agresseur.
Ceci suggère que Velociraptor pourrait avoir utilisé ses griffes redoutables pour tuer avec précision et transpercer des organes vitaux comme la veine jugulaire, la carotide ou la trachée, en vue de déchirer l'abdomen.
Alors que le bord intérieur de la griffe était arrondi et pas du tout tranchant, elle ne peut avoir généré ce type de coupure ou de déchirure, ce qui fait de la griffe plus une arme de perforation que de coupe ; néanmoins, on ne connaît que la base osseuse de la griffe, la gaine de kératine pouvant avoir eu un tranchant plus effilé.
Toutefois, il est peu probable que le tranchant ait pu se conserver, parce que la griffe (pour ce qu'on sait) ne pouvait pas se rétracter pour le protéger.
Cela semble indiquer que la peau épaisse et musculeuse de la paroi abdominale du Protoceratops aurait eu du mal à être poignardée par un outil de coupe aussi peu performant.



Reconstitution vidéo du combat


Métabolisme :


Le Velociraptor était probablement endothermique (à sang chaud) dans une certaine mesure, car il avait besoin de grandes quantités d'énergie pour la chasse.
Les animaux modernes qui possèdent des "fourrures" à plumes ou à poils, comme Velociraptor, sont généralement à sang chaud, parce que ces "couvertures" fonctionnent comme isolant.
Toutefois, les plages de croissance osseuse chez les dromaeosauridés et certains oiseaux primitifs suggèrent un métabolisme plus modéré par rapport à la plupart des oiseaux modernes et des mammifères à sang chaud.
Les Kiwis sont similaires, anatomiquement, aux dromaeosauridés recouverts de plumes, pour ce qui est de la structure osseuse et même de la forme étroite des sinus (en général un bon indicateur du métabolisme).
Les kiwis, oiseaux très actifs, spécifiques et incapables de voler, avec une température corporelle stable et un taux métabolique au repos assez faible, font un bon exemple du métabolisme des oiseaux primitifs et des dromaeosauridés.




Habitat :


Les dépôts dans lesquels a été trouvé Velociraptor donnent une bonne idée de ce qu'aurait pu être le paysage ou l'habitat dans lesquels il vivait.
Ces sites montrent un environnement aride, avec de nombreux déserts et des dunes de sable où poussaient de denses forêts traversées par des ravins et des cours d'eau intermittents.
C'est dans ces habitats que l'on a le plus fréquemment trouvé le Velociraptor.
Toutefois, d'autres gisements plus récents, où l'on a trouvé également des restes de Velociraptor, montrent également un climat légèrement plus humide.
Cela indique qu'autour de la période campanienne, le climat et l'environnement du Velociraptor pouvait présenter de légères variations.
Entre autres dinosaures avec qui Velociraptor partageait son habitat, on peut dénombrer Protoceratops, Oviraptor, Gallimimus, Prenocephale, Tarbosaurus, le Therizinosaurus, Saurolophus, Mononykus, Udanoceratops, Pinacosaurus, etc.
Des oiseaux préhistoriques tels que Judinornis habitaient plutôt les rivages de l'océan tandis que des mammifères comme Deltatheridium et Zalambdalestes vivaient dans l'obscurité de la forêt.
Deinonychus est un dromaeosauridé étroitement lié à Velociraptor, dont des traces de groupes de plusieurs spécimens ont souvent été trouvées.
Deinonychus est aussi parfois associé à un herbivore plus grand, le Tenontosaure, dont on a dit qu'il pouvait constituer une forme de coopérative alimentaire à sa disposition. Cependant, alors qu'on a découvert beaucoup de fossiles de Velociraptor et autres dromaeosauridés en Mongolie, tous les spécimens étaient isolés et non dans le voisinage de quelque autre.



Histoire :


En 1923, une expédition de l'American Museum of Natural History dans le désert de Gobi, en Mongolie, déterra les premiers restes fossiles connus de Velociraptor : un crâne brisé et broyé mais complet, avec une des deux griffes courbes de la patte.






Photo et croquis du crâne de l'holotype décrit en 1924
Échelle 3/4






Croquis de la griffe de l'holotype décrit en 1924
Échelle ± 2




Un an plus tard, le président du musée Henry Fairfield Osborn donna à l'animal dans un article le nom d'Ovoraptor djadochtari (à ne pas confondre avec Oviraptor).
Cependant, comme le nom d'Ovoraptor n'a pas été publiée dans une revue scientifique ou n'a pas été accompagné d'une description formelle, il est resté nomen nudum (nom invalide) et l'appellation de Velociraptor conserva la primauté.

Plus tard cette année là, Osborn valida le crâne et la griffe, qu'il supposa appartenir à la main, en tant que spécimen type du nouveau genre Velociraptor.
Son nom dérive du latin: velox, velocis - cette dernière forme, le génitif, constitue une partie du nom de l'animal - qui signifie «rapide» ou «agile», et raptor, qui signifie «voleur», ce qui se réfère à l'alimentation carnivore et à la nature galopante de l'animal.
Cette dernière caractéristique était incompatible avec l'idée de dinosaures lents et peu intelligents qui semblaient vivre à cette époque.
Osborn a nommé l'espèce type V. mongoliensis en l'honneur de son pays d'origine.

Pendant que les scientifiques nord-américains étaient tenus à l'écart de la Mongolie au cours de la guerre froide, les expéditions de scientifiques soviétiques et polonais, en collaboration avec des collègues mongols, ont récupéré de nombreux spécimens de Velociraptor.
Entre 1988 et 1990, une équipe sino-canadienne a découvert également des restes de Velociraptor dans le nord de la Chine.
De même, plusieurs expéditions américano-mongoles, partenaires du Musée Américain d'Histoire Naturelle et de l'Académie Mongole des Sciences, ont mis au jour plusieurs squelettes bien conservés, entre 1990 et 1995.



Provenance :


Tous les spécimens connus de V. mongoliensis ont été découverts dans la formation de Djadochta, dans la province d'Ömnögovi en Mongolie, ou en Chine, en Mongolie intérieure. Des spécimens ont été exhumés dans de nombreux sites de ces zones.
Un Velociraptor a été découvert dans le massif du Goyot Barun, en Mongolie, qui est une formation un peu plus récente.
On estime que ces formations géologiques datent de l'âge Campanien (environ 83 à 70 millions années) du Crétacé supérieur.

Le spécimen type a été découvert dans la zone des Flaming Cliffs (Falaises Flamboyantes), aussi connues sous les noms de Bayn Dzak et Shabarakh Usu, tandis que les «dinosaures combattants» ont été trouvés dans la localité de Tugrig, également connue sous le nom de Tugrugeen Shireh.




Flaming Cliffs - Formation Djadochta
Composed from several images taken at sunset on the 8/2/2005 by Zoharby


Récemment, des fossiles de Velociraptor ont été récupérés sur le site de Bayan Mandahu, un site prolifique du Djadochta en Mongolie intérieure. En juin 2008, était décrit Velociraptor osmolskae trouvé dans cette zone.

Un crâne de dromaeosauridés, identifié comme IGM 100/1015, a été extrait au Ukhaa Tolgod et pourrait être une nouvelle espèce de Velociraptor.

Dans les localités de Khulsan et Khermeen Tsav, au Barun Goyot, ont également été trouvés des restes qui appartiennent au genre Velociraptor.

Tous ces sites ont un climat aride avec des champs de dunes de sable et de ruisseaux intermittents, mais la preuve démontre que, dans le Barun Goyot, le climat était plus humide que dans le Djadochta.



Systématique :


Classification phylogénique complète :

Clade : Eukaryota
Supergroupe : Unikonta
Clade : Opisthokonta
Règne : Animalia
Sous-règne : Eumetazoa
Clade : Bilateria
Clade : Nephrozoa
Clade : Deuterostomia
Phylum : Chordata
Sous-phylum : Vertebrata
Infra-phylum : Gnathostomata
Super-classe : Tetrapoda
Classe : Reptilia
Sous-classe : Diapsida
Infra-classe : Archosauromorpha
Division : Archosauria
Sous-section : Ornithodira
Super-ordre : Dinosauria
Ordre : Saurischia
Taxon : Eusaurischia
Sous-ordre : Theropoda
Infra-ordre : Tetanurae
Taxon : Avetheropoda
Taxon : Coelurosauria
Taxon : Maniraptoriformes
Taxon : Eumaniraptora
Famille : Dromaeosauridae
Genre : Velociraptor
Espèce : Velociraptor mongoliensis




Le Velociraptor est un membre de la sous-famille Velociraptorinae, un sous-groupe dérivé de la famille des Dromaeosauridae.
En matière de taxonomie phylogénétique, le groupe Velociraptorinae est généralement défini comme «l'ensemble des dromaeosauridés plus étroitement liés à Velociraptor qu'à Dromeosaurus».

À l'origine, la sous-famille des Velociraptorinae n'a été créée que pour contenir le Velociraptor. Or, d'autres études ont inclus d'autres genres dans la catégorie, usuellement Deinonychus et Saurornitholestes.
Une analyse cladistique a indiqué que seule cette sous-famille peut contenir Deinonychus et le spécimen IGM 100/1015, qui appartient au genre Tsaagan.
Le travail qui décrit Tsaagan comporte également une analyse cladistique qui identifie le groupe monophylétique Velociraptorinae comme contenant Velociraptor, Deinonychus, Tsaagan et un proche parent pour lequel des doutes subsistent, Saurornitholestes.

Dans le passé, d'autres genres de dromaeosauridés, notamment Deinonychus et Saurornitholestes ont été parfois classés dans un même genre que Velociraptor.
Etant donné que Velociraptor a été le premier à être nommé, les espèces Deinonychus antirrhopus et Saurornitholestes langstoni ont été classées dans le genre Velociraptor et ont été appelées V. antirrhopus et V. langstoni.

Toutefois, il n'existe actuellement que deux espèces approuvées de Velociraptor : V. mongoliensis et V. osmolskae.

En 1924, lors de la première description, Velociraptor a été inclus dans la famille des Megalosauridae, comme la plupart des carnivores à l'époque. Megalosauridae, contenant Megalosaurus, a fonctionné comme une classe de taxons «recyclables» où de nombreuses espèces plus ou moins apparentées ont été classées ensemble.
Néanmoins, alors que les découvertes de fossiles de dinosaures se multipliaient, Velociraptor a été approuvé comme dromaeosauridé.

Tous les dromaeosauridés ont également été affectés à la famille des Archaeopterygiformes à l'initiative d'au moins un auteur pour qui Velociraptor pourrait être reconnu comme un oiseau non volant.

On le voit, la classification des Dromaeosauridés est hautement aléatoire suivant les auteurs.




Sources :






Cliquez sur "Download" pour télécharger l'article
OU sur "Full Screen" pour l'afficher en plein écran dans un nouvel onglet



...... Paradisweb.org


...... Google images




...Guillaume

Revenir en haut

MSN

Publicité






MessagePosté le: Jeu 24 Déc 2009 - 16:57    Sujet du message: Publicité


PublicitéSupprimer les publicités ?

Revenir en haut

Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dinochat Index du Forum -> France paléO : Paléontologie -> France paléO : Archosaures, Dinosaures et apparentés Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

SoftGreen phpBB theme by DaTutorials.com
Copyright © DaTutorials 2005