Dinochat Index du Forum
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes   S’enregistrer   Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 
Débat : la vente de fossiles

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dinochat Index du Forum -> France paléO : Sciences et Monde d'aujourd'hui -> Divers (sciences)
Sujet précédent :: Sujet suivant  

Pour ou contre la vente de fossiles à des particuliers ?
Oui
0%
 0%  [ 0 ]
Non
33%
 33%  [ 3 ]
Ca dépend des fossiles...
22%
 22%  [ 2 ]
Uniquement sous conditions drastiques !
33%
 33%  [ 3 ]
S'en fout complet de chez bof ?!?
0%
 0%  [ 0 ]
Vieux fossile toi même !
11%
 11%  [ 1 ]
Total des votes : 9

Auteur

Message

Alain
Création-Direction

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 832

Localisation: Les Bauges
Masculin

MessagePosté le: Ven 11 Sep 2009 - 12:50    Sujet du message: Débat : la vente de fossiles

Répondre en citant


TRAFIC DE FOSSILES ?


Le débat a été lancé à propos du Musée Océanographique de Monaco :

http://dinochat.ze-forum.com/t91-Musee-Oceanographique-de-Monaco.htm


Voici un article publié chez parismatch.com :

http://www.parismatch.com/Culture-Match/Art/Actu/Beaucoup-de-fossiles-sont-…

«Beaucoup de fossiles sont revendus
illégalement à des marchands étrangers»



Andreas Guhr, collectionneur de fossiles, a ouvert un musée privé à Hambourg. | Photo Hubert Fanthomme

Pour Ronan Allain, maître de conférence au Muséum National d’histoire naturelle, de plus en plus de fossiles sont acquis par des revendeurs qui ne respectent pas les règles internationales.

Propos recueillis par Daphné Mongibeaux - Parismatch.com :

Pourquoi les collections de fossiles du Muséum National d’histoire naturelle à Paris se renouvellent-elles si lentement?

Car le Muséum n’acquiert plus que très rarement des fossiles ! C’est une question de réglementation mais aussi de moyens financiers. En effet, il est par exemple interdit de sortir des fossiles du Maroc et de Chine, les deux pays au monde où l'offre est la plus importante. La plupart de ceux que l'on trouve actuellement sur le marché ont été acquis illégalement par des revendeurs étrangers. Il nous arrive souvent d'organiser des fouilles à l'étranger et de rapporter des fossiles à Paris pour les préparer et les étudier, mais dorénavant nous les rapatrions toujours dans leur pays d'origine.

La recherche scientifique avance ainsi, mais il est vrai que le grand public ne peut malheureusement pas toujours admirer ces nouvelles pièces millénaires, à moins que nous effectuions des moulages pour les exposer. Cependant, les caves du muséum recèlent de précieux fossiles acquis par la France durant l'époque coloniale ou auparavant – quand aucune législation n'existait -, ou donnés par des particuliers, et qui ne sont pas exposés faute de mains d’œuvre disponible pour leur mise en valeur …

Voulez-vous dire que beaucoup de fossiles circulent sur le marché sans autorisation ?

Tout à fait. Il y a de grands collectionneurs de renom qui respectent la législation internationale mais il y a surtout beaucoup de marchands. Ceux-ci achètent des squelettes dans des pays en développement pour trois fois rien, les sortent illégalement de leur pays avant de les revendre très cher en Occident sans qu’ils n’aient fait auparavant l’objet d’expertise scientifique. Ce n'est en revanche que quand des chercheurs se penchent sur ces squelettes, qu'ils prennent de la valeur. Cependant, le Muséum d’histoire naturelle essaie au maximum de ne pas étudier des fossiles qui n’ont pas d’autorisation de mise sur le marché et de donner ainsi du crédit à ces collectionneurs marchands, même s'il est parfois difficile de résister. Et si une partie des trouvailles nous échappe, on peut se rassurer en se disant que la majeure partie des plus belles découvertes a été faite par les paléontologues eux mêmes.

Comment expliquez-vous l’intérêt croissant des collectionneurs pour les fossiles?

C’est un marché qui prend de l’essor grâce, notamment, au contournement des règles internationales. Comme le marché de l’art, le marché des fossiles fluctue. En ce moment, il est en pleine ascension. Cependant, un squelette n’a, pour moi, qu’une valeur scientifique et jamais artistique. Et je ne suis pas sûr qu’il y ait beaucoup de vrais passionnés de dinosaures parmi les rares personnes capables d'acheter les plus beaux fossiles, ni d'ailleurs parmi les gens qui en font le commerce. Un fossile n'est jamais plus beau que quand il est exposé dans un Musée au vu de tous!


Extrait d'article publié chez parismatch.com :

http://www.parismatch.com/Culture-Match/Art/Actu/Combat-de-dinosaures-au-Gr…

Qui sont les collectionneurs ?

Hommes d’affaires avisés ou passionnés à la Steven Spielberg ? « Un peu les deux », s’amuse l’expert Eric Geneste. Certains se constituent de belles collections, comme Saoud al-Thani, neveu du roi du ­Qatar, possesseur, entre autres, d’un diplodocus et d’un tricératops. D’autres, paléontologues modestes, se mettent à plusieurs pour acquérir un dinosaure. De grandes sociétés jouent aussi les mécènes. Un laboratoire ­pharmaceutique a ainsi, le 7 avril dernier, acquis pour 181 000 euros, chez Christie’s, un squelette d’ophtalmosaurus. Unique au monde, le reptile marin aux yeux démesurés, qui vivait il y a 150 millions d’années, a ensuite été offert au Musée océanographique de Monaco. Une démarche plus rarement entreprise par des particuliers, souligne Eric ­Geneste : « Un Américain a quand même déboursé 592 000 euros pour un squelette de tricératops, donné ensuite au Musée des sciences de Boston ! »

Des amateurs d’art moderne remettent aussi au goût du jour la vogue du cabinet de curiosités. En 2007, François Pinault avait été séduit par un squelette d’ours des ­cavernes de l’ère quaternaire. Décroché à 46 800 euros, l’animal avait réalisé une belle culbute au regard de sa dernière enchère, en 2005, où il avait été remporté pour 17 400 euros. « Auparavant, précise l’expert Eric ­Mickeler, seuls les ­musées se ­portaient ­acquéreurs. Depuis trente ans, la demande s’est élargie, les prix montent mais restent justes. Le marché est sain. Sans production, puisqu’on ne fabrique pas de dinosaures à la demande ! » Un fossile se révèle toujours un bon investissement : la valeur d’une dent de dinosaure achetée 500 euros peut doubler en trois ans. Est-ce pour cela que le « Président », ce mammouth de Sibérie vendu 183 000 euros en 2006 à Drouot puis 320 000 euros chez Christie’s l’année suivante, est toujours stocké dans des caisses par son propriétaire ?

« Le prix d’un fossile est déterminé par sa rareté, la qualité de sa conservation et l’importance des restaurations », précise Eric Mickeler. Plus un squelette possède d’os d’origine, plus sa cote est élevée. S’il est articulé, c’est encore mieux. Certains, sans avoir été préparés, ont tout de même du succès : dans sa gangue de pierre, le crâne à peine dégagé, « Sue », le tyrannosaure le plus complet au monde, a été vendu 8,3 millions de dollars en 1997. Les paléontologues attendent avec curiosité le score de sa petite sœur, « Samson », qui sera mise en vente le 3 octobre prochain à Las Vegas. « Rassurez-vous, ajoute Eric Geneste, la connaissance scientifique ne s’égare pas. Les fouilles et les préparations étant menées par les grands laboratoires de paléontologie, des expertises du fossile, ainsi qu’une copie en résine, sont toujours effectuées, avant la vente. » C.G.


Le débat est lancé...
.
__________

Revenir en haut

Visiter le site web du posteur

Publicité






MessagePosté le: Ven 11 Sep 2009 - 12:50    Sujet du message: Publicité


PublicitéSupprimer les publicités ?

Revenir en haut

Alain
Création-Direction

Hors ligne

Inscrit le: 28 Juin 2009
Messages: 832

Localisation: Les Bauges
Masculin

MessagePosté le: Dim 6 Déc 2009 - 17:21    Sujet du message: Spinosaure : vrai fossile ou puzzle contemporain ?

Répondre en citant


Article paru dans Le Monde, le 30 novembre 2009.

Clic ici : Le Monde

Un spinosaure à Drouot-Montaigne :
vrai fossile ou puzzle contemporain ?

Des grognements style Jurassic Park retentissent dans les salles de Drouot Montaigne : pour présenter sa vente d'histoire naturelle des 1er et 2 décembre, la maison Millon et Cornette de Saint-Cyr soigne l'ambiance. Les enfants adorent. Ils s'assemblent devant le clou de la vente, un squelette de spinosaurus, dinosaure carnassier du crétacé, il y a quelque 100 millions d'années. Plus de 8 mètres de long, 3 de haut en son centre, une gueule étirée aux dents féroces : le spectacle est remarquable. Mais que regarde-t-on exactement ? La notice du catalogue précise en petits caractères : "Original à 50 % environ, mais obtenu avec les ossements d'individus différents." La provenance est indiquée de façon vague : "La région de Kem-Kem au Maroc." ll aurait fallu "une période d'environ 25 ans" pour rassembler les ossements.



Henri Lelièvre, responsable des collections de paléontologie au Muséum national d'histoire naturelle, et son collègue Michel Van Praët, de la direction des musées de France, connaissent la région. Ils ont souvent fréquenté la zone d'exploitation des phosphates, dont le Maroc est le deuxième producteur mondial. Michel Van Praët raconte : "Les phosphates sont le résultat de la décomposition de millions de squelettes de poissons, de reptiles... Dans ces masses, il se trouve des éléments fossilisés. Tous les jours, des machines gigantesques creusent. Le soir, quand elles s'arrêtent, des dizaines d'enfants se précipitent pour ramasser tout ce qu'ils peuvent trouver de débris fossiles. Ils les apportent à des artisans, qui, avec une habileté remarquable et des livres de paléontologie sur les genoux, trient, rassemblent, arrangent, collent. Ils ont l'oeil exercé, ils vont vite." 50 000 Marocains vivraient de cette industrie. Les pièces les moins remarquables sont proposées aux touristes, les plus belles atterrissent dans les capitales occidentales après un passage par des pays où la législation en matière de commercialisation de vestiges paléontologiques est souple ou quasi inexistante, comme les Etats-unis.

Effet décoratif assuré

Les éléments du spinosaurus ont été collectés dans une zone et un temps si étendus qu'il est clair que le squelette réunit des fragments de plusieurs individus, peut-être des dizaines. Ils étaient de même taille et de même espèce, assure Andrea Valli, docteur en paléontologie et auteur de la notice du catalogue. Henri Lelièvre et Michel Van Praët sont moins affirmatifs. En suivant leurs indications, l'oeil reconnaît vite les collages et distingue les parties d'os minéralisé de celles en plâtre patiné. La crête dorsale a été largement refaite, de même que les pattes, le crâne, et ses longues mâchoires. Sans elles, le spécimen serait bien moins effrayant. Que l'ordre dans lequel des dents ont été insérées dans les mâchoires soit aléatoire importe moins que "l'effet" recherché.

La maison de vente attend de l'animal 350 000 à 400 000 €. Des acheteurs privés se seraient manifestés. "Depuis une décennie, les fossiles font l'objet d'un commerce de plus en plus intense, dit Henri Lelièvre. Donc les prix montent."

La vente propose des dizaines de pièces. Parmi elles, de grandes ammonites du Maroc, entièrement dégagées de leur gangue, leurs épines parfois retaillées : effet décoratif assuré. Les crocodiles issus du site d'Holzmaden (Allemagne) ont été traités par de savants remontages et incrustations dans d'autres blocs que ceux dont ils ont été extraits. Ils ont été complétés et vernis. Le mammouth et le crâne de rhinocéros laineux venus de Russie, ou encore le tigre "à dents de sabre" d'Amérique du Nord ont été retouchés avec moins d'habileté, et au mépris parfois de l'anatomie. "Ce ne sont plus des fossiles, ce sont des artefacts", conclut Henri Lelièvre. Des chefs-d'oeuvre, certes, mais exécutés par des artisans allemands ou marocains d'aujourd'hui.

Philippe Dagen


Le débat reste ouvert...

Si vous n'avez pas voté, voir plus haut : SONDAGE !
__________

Revenir en haut

Visiter le site web du posteur

Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:03    Sujet du message: Débat : la vente de fossiles


Revenir en haut

Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Dinochat Index du Forum -> France paléO : Sciences et Monde d'aujourd'hui -> Divers (sciences) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

SoftGreen phpBB theme by DaTutorials.com
Copyright © DaTutorials 2005